Tout a commence pour moi le samedi matin, après avoir range mes affaires dans le coffre de ma voiture, je pars en direction de Saverne chez Denis. Nous partons vers 13h pour Verbier et nous y arrivons 4h plus tard. Le temps de récupérer la clef de l'appartement, de chercher nos plaques de cadre, très belle plaque avec notre nom en grand, et de subir l'épreuve du contrôle technique, le type a souri en testant ma fourche :-), et nous sommes juste à l'heure pour le rendez-vous de 18h avec Crazy et Jean-Paul. K2fly nous rejoint 5 minutes plus tard avec son Strike. On s'en va boire une (plutôt deux) bière, pour moi une Blanche d'Hoegarden. On fait connaissance, on discute. Décidément notre newsgroup ne manque pas de personnes sympathiques et passionnées par le vtt, c'est un plaisir d'en rencontrer quelques participants. Je remercie K2fly et Jean-Paul pour nous avoir payé ces quelques rafraîchissements :-) J'en profite pour dire à K2fly que son strike est bien beau, super équipé, et juste à ma taille ( Steph si tu veux t'en débarrasser, pense à moi :-) ), même Denis en vient à trouver que ses Formula B4 ne freinent pas en comparaison des Hayes :-). On se quitte en prenant rendez-vous demain soir après la course pour se faire une bouffe tous ensemble. On rentre à l'appartement. On règle les derniers détails sur le vélo, on prépare nos pâtes et on va se coucher car demain il va falloir se lever à 4h du mat !!!!!!! On comprend mieux après pourquoi les "crosseux" ne font pas les fous le jour avant la course comme les descendeurs :-)

Dimanche:

Tuuuuuuut tuuuuuuuut tuuuuuuuuut, le réveil sonne, il fait encore nuit. On se lève péniblement. Notre premier reflex est de regarder à la fenêtre le temps qu'il fait. Il pleut !!!! C'est l'horreur, car rester plus de 10h sous la pluie et dans le froid cela ne s'annonce pas très agréable. En plus le choix des vêtements va être plus compliqué. La pluie s'arrêtera juste avant le départ et en fait, il fera un temps superbe jusqu'à 20h ou il recommencera à pleuvoir. On a eu du bol. Une conséquence de cette météo incertaine va être que je ne pourrais pas prendre mon appareil photo pour la course car mon camelback ne peut pas contenir à la fois l'appareil et mon coupe-vent, dommage.

Une demi-heure avant le départ on descend se faire enregistrer et on se place dans les blocs au départ. Vu nos dossarts "élite" nous sommes tout devant avec les meilleurs. A 6h15 précise le curé de Verbier donne le départ et on est enfin lâchés. Je passerai la premier côte en 1h, je ne suis pas en très bonne forme, j'avance pas. La journée s'annonce longue. Mon impression se confirme dans les km suivants. Après environ 4h de course j'ai une demi-heure de retard sur mon temps de l'année passée. Mais à partir de ce moment la j'arrive à limiter les dégâts et à rouler à un rythme plus raisonnable. La montée vers le Mandelon est toujours aussi longue et le paysage au sommet toujours aussi splendide. De plus, le soleil est bien présent. Je me régale dans la descente qui suit. Je doit me résoudre à une constatation suivante, il faut vraiment que je change de fourche. C'est plus possible de continuer comme ca. En bas à Evolene, les choses sérieuses ne font que commencer, les 2 prochaines côtes sont dures. Je pert encore 1/4 d'heure sur mon temps de l'année passée. J'arrive enfin à La Vieille, en me demandant comment j'ai fait pour arriver jusque la. C'est incroyable ce que peut faire un corps humain rien que par la volonté :-))

Le pas de Lona se profile droit devant, 1h de portage jusqu'à environ 2800m d'altitude c'est dur, je suis essoufflé tous les 10m. Je discute avec d'autres coureurs qui grimpent en même temps que moi. Au sommet, le panneau "arrivé 19km" me redonne des forces et je pars à l'assaut de la dernière difficulté du jour, une "petite" cote de 2-3km. En haut, il ne reste plus que 15km de descente, je m'élance comme un fou, je vole de virage en virage. Je dépasse pas mal de personne. La deuxième partie de la descente se passe dans un lit de ruisseau à sec, les cailloux me rappellent que ma fourche ne sert plus à grand chose :-) Et puis la tente d'arrivé apparaît enfin après un tournant, après 12h06m d'effort. Denis et Jean-paul m'attendent depuis déjà un bout de temps :-) Je prends rapidement une douche, et nous prenons la navette de 19h qui nous ramène à Verbier 2h plus tard. On téléphone à K2fly et on part "Chez Martin", déguster une bonne pizza. On terminera la journée dans un bar un peu plus loin en compagnie d'une bonne bière.

Lundi:

Le lendemain matin, le temps est assez variable, avec des averses et du soleil. On quitte Verbier vers 11h, et on fait un petit tour en voiture le long du lac de Gruyère, où Denis à trouvé l'endroit de ses rêves pour habiter. Au bord d'un lac, avec des montagnes d'un coté et un peu plus de plaine de l'autre. Nous arrivons à Saverne vers 17h et je suis chez moi vers 22h. La magie de la montagne à encore frappé, je ne m'en lasserais jamais.

Les photos